Si l’intercommunalité joue un rôle prééminent pour la définition des stratégies de transition écologique locales, notamment avec le plan mobilité et Climat, les communes peuvent bâtir leurs propres stratégies.
Dans le fonctionnement actuel, les communes ne sont pas assez partie prenante des décisions : pas de vote en conseil municipal sur les grandes décisions débattues en conseil communautaire, juste un blanc-seing aux élus qui représentent la commune à l’intercommunalité. Il ressort également de notre expérience en tant que conseillers municipaux à la mairie de Foix, qu’il n’y a pas de stratégie écologique globale. Cela se ressent dans le cadre de vie : manque d’espaces verts, mobilité douce non favorisée, omniprésence de la voiture, pollution chronique. Alors que la commune peut agir sur le patrimoine immobilier, la flotte de véhicules de la municipalité et elle peut orienter des décisions plus écologiques en termes d’urbanisme, de transport, d’alimentation, d’éducation…
La commune de Foix, dans ses compétences, peut investir dans la transition écologique, et ainsi se positionner en cohérence avec les documents-cadres qui traitent de la transition énergétique, mais aussi de la protection de la nature. La commune peut orienter sa stratégie au travers du PLU et du PADD (plan d’aménagement et de développement durable).
La commune a aussi le devoir de dépasser ces cadres et de mettre à contribution les citoyen.ne.s pour inventer les solutions permettant de répondre aux enjeux environnementaux. Une politique d’information aux habitants et aux entreprises pourrait être menée, ainsi qu’une incitation à la création d’entreprise dans le cadre de la transition.
Nous sommes persuadé.e.s que réalisé démocratiquement, un tel processus de transition écologique sera générateur d’emplois, de qualité de vie et d’attrait pour notre ville. 

Lutter contre le réchauffement climatique et engager la résilience* de la commune

* La résilience est la capacité d’un système à retrouver les structures et les fonctions de son état normal après une perturbation

  • Réorganiser le service de transport intercommunal et communal, en conformité avec le Plan Mobilité (itinéraires, horaires, tarifs sociaux, etc.). Celui ci doit être augmenté et repensé pour mieux correspondre aux horaires d’embauches et de débauches, aux marchés, aux loisirs  (à destination des stations de ski, des sites de montagne, et des départs de randonnée et de parapente)
  • Repenser la circulation en ville de façon à réduire la présence des voitures et l’utilisation des stationnement existants (davantage d’arrêts courte durée, places prioritaires, livraisons, …)
  • Développer le covoiturage et le partage de véhicules (mise en place d’une application mobile par exemple)
  • Sécuriser et développer les mobilités douces : pour la desserte des établissements scolaires et l’accès aux bâtiments sportifs (pistes cyclables, pédibus)  – faire respecter et étendre les zones à 30km/h en ville – patrouilles de policiers municipaux en vélo plutôt qu’en véhicules à moteur
  • Amplifier la rénovation thermique des bâtiments communaux, notamment celle des écoles, et accompagner les propriétaires dans leurs démarches et recherches de financements
  • Soutenir les initiatives qui contribuent à la valorisation des déchets : composteurs collectifs, ressourceries, usine de transformation, méthanisation, actions de sensibilisation (écoles, entreprises, administrations), etc.
  • Mener des campagnes d’information et de sensibilisation sur les transports en commun et la transition
  • Désigner un.e adjoint.e à la transition écologique et à la lutte contre le réchauffement climatique afin de mener toutes ces actions de façon transversale

Défendre et favoriser la biodiversité

  • Reverdir la ville en ouvrant des parcs et en plantant des arbres, mettre en place une véritable « gestion différenciée » des espaces verts et améliorer les corridors écologiques existants, pour favoriser la biodiversité
  • Initier des programmes d’éducation populaire ouverts à tou.te.s pour faire découvrir la faune sauvage des villes (visites touristiques, comptage de chauve souris, etc
  • Remettre en état des chemins communaux pour pouvoir relier Foix et ses environs et développer des circuits de randonnées accessibles sans voiture
  • Mener une réflexion globale sur l’éclairage public afin de limiter la pollution lumineuse et de faire des économies d’énergie (extinction progressive, réduction du nombre de points lumineux)

Protéger la santé des habitants

  • Mener des actions de surveillance et d’amélioration de la qualité de l’air et de l’eau, et intervenir notamment sur la pollution de l’Ayroule en 2011
  • Interdire l’usage des produits chimiques (toxiques, perturbateurs endocriniens) dans les crèches, écoles, maisons de retraite, bâtiments municipaux et intercommunaux