L’élaboration d’une liste de principes généreux et généraux d’organisation doit permettre à chaque personne qui adhère au collectif de s’y référer et de prendre part à son fonctionnement.

Ces principes sont en cohérence avec les valeurs politiques fondatrices du collectif.

Pour plusieurs de ces principes, l’idée est bien de « tendre vers », de les considérer comme des opportunités et non des contraintes. Ces principes doivent permettre la transformation à la fois personnelle et collective.

1. Responsabilité collective et partagée, horizontalité, autonomie

Afin d’éviter l’accaparement du pouvoir et des responsabilités par certains membres, chaque fonction doit être assurée par un binôme voir un trinôme régulièrement renouvelé (principe du système tournant).

L’objectif est que chacun.e se sente responsable de la réussite collective, et s’implique à la hauteur de ses capacités et du temps qu’il peut y consacrer.

Le fonctionnement devra être le plus horizontal possible. Pour que chacun.e puisse s’exprimer et participer aux décisions. Les réunions ordinaires sont annoncées au moins une semaine à l’avance, au moins 48h pour les réunions extraordinaires. Un ordre du jour précis est proposé pour chaque réunion.

Sauf cas extrême, nous prenons le temps nécessaire pour qu’un débat ouvert puisse avoir lieu. En toutes circonstances, nous privilégions le consensus comme mode de décision plutôt que le vote, afin de limiter les clivages au sein du collectif. Il n’y a qu’en cas d’urgence manifeste reconnue par tout.e.s que nous pourrons nous résoudre à employer le vote.

Quelles que soient les modalités de décisions, nous considérons qu’une décision est légitime si elle a été prise par au moins 50% des membres de notre collectif. Si ce quorum n’est pas atteint, la décision doit être reportée. Au delà de deux reports, les membres présent.e.s peuvent décider.

Chaque groupe de travail doit être libre de s’organiser et de travailler comme il le désire, dans le respect des principes et des axes politiques défendus.

Pour certain.e.s d’entre nous, dans le cadre des fonctions qui leur ont été confiées par les électeurs, il est nécessaire de sortir du statut de citoyen.e.s pour endosser leur rôle d’élu.e.s.

Mais les binômes ou trinômes, tout comme les groupes de travail, doivent rendre compte régulièrement des décisions prises et informer les membres du collectif.

D’une manière générale, chacun.e de nos membre veille à communiquer régulièrement et en toute transparence sur les actions qu’il mènent au sein de notre collectif.

2. Curiosité, auto-formation, éducation citoyenne mutuelle

Chacun participe tel qu’il est, et nul ne devrait pouvoir s’imposer comme maître à penser dans quelque domaine que ce soit. Tout le monde doit pouvoir s’exprimer sur un sujet, même lorsqu’il elle n’en a pas une connaissance approfondie.

Toutefois, en vertu du principe de responsabilité collective, chacun.e de nos membres  demeure curieux.se et ouvert.e aux idées qui se présentent, et tente d’acquérir les compétences qui lui manquent.

Il faut privilégier les démarches de coopération et de co-apprentissage qui permettent de mettre en évidence les différentes options possibles. Il faut développer l’intelligence collective, qui passe par la confrontation d’idées, la recherche du consensus et la prise de décision collective.

3. Égalité & mixité

Tous.tes les membres doivent avoir les mêmes droits quel que soit leur âge, leur sexe, leur orientation sexuelle, leur situation professionnelle, leur origine sociale, ethnique ou culturelle, et leur degré de validité/handicap.

Les groupes de travail et les binômes doivent autant que possible être constitués à parité homme/femme.

4. De la pensée à l’action concrète

Les discussions et les débats menés dans le collectif, en plénière tout comme dans les groupes de travail, doivent impérativement établir le lien entre la théorie et la mise en pratique.

Nous veillons à ne pas nous perdre dans des considérations abstraites au détriment de l’aspect concret des choses.

5. Savoir évoluer et rester alerte

Nous prévoyons une évaluation régulière du fonctionnement et des réalisations concrètes du collectif, dans une perspective de remise en question et de reconnaissance des erreurs commises, afin de pouvoir s’adapter et progresser.

Il faut pour cela entre autres demeurer attentifs/attentives à la marche des événements, afin d’ajuster éventuellement ses choix, et rester ouvert.e à ce qui se présente, sans préjugé.

6. Ouverture & transparence

Nous accueillons convenablement les nouvelles personnes, et nous les invitons à prendre connaissance de ce qui a déjà été accompli, mais sans s’offusquer du regard nouveau qu’elle peuvent apporter.

Nous communiquons sereinement et expliquons le cheminement qui a conduit le collectif à prendre telle ou telle décision. Il est important de garder la mémoire de tout cela, afin de pouvoir être précis.e et en capacité de garantir un accès permanent au maximum d’informations.

Les comptes-rendus de nos réunions précédentes sont communiqués sur demande à tou.t.e.s les membres du collectif.

7. Empathie & bienveillance

Nous mettons en oeuvre les principes de la communication non-violente dans les rapports humains, aussi bien au sein du collectif qu’avec l’extérieur.

Chaque être humain a son histoire, ses croyances, ses espoirs et ses peurs. Il est important d’en être conscient.e, de savoir faire preuve de compréhension et d’empathie, sans pour autant renoncer à soi-même.

Il ne faut pas préjuger trop hâtivement des intentions d’autrui, ni ranger les un.e.s et les autres dans des catégories figées. 

Nous cultivons une atmosphère bienveillante respectueuse pour permettre à chacun.e de s’exprimer en confiance.

Le collectif a la responsabilité de rechercher des issues positives aux éventuels conflits interpersonnels qui surgiraient en son sein.

8. Respect des valeurs politiques fondatrices

Le collectif est fondé sur l’attachement de ses membres à un certain nombre de valeurs politiques définies lors de sa création. En conséquence, les propositions qui sont formulées en son sein, et les réalisations qui en découlent, doivent s’inscrire dans le cadre de ces axes politiques.

Nul ne peut remettre en question ou porter préjudice à ce qui constitue l’essence du collectif. Ainsi, toute délégation de responsabilité accordée à un groupe d’individus suppose pour ses membres de « rendre des comptes », de tenir informés les autres membres, d’expliquer sa démarche, d’être dans une sorte d’auto-contrôle qui permet de vérifier que leurs actions respectent les axes politiques définis.

Cela s’applique au collectif lui-même mais aussi à la méthode de gouvernance nouvelle qui s’inscrira dans le respect du code éthique rédigé par le collectif.

9. Convivialité

Nous voulons cultiver l’affection mutuelle ou tout du moins la cordialité sincère entre les membres du collectif, grâce à des moments conviviaux.